jeudi, 29 juin 2017

Bamboula, par St Michel…

En cette époque dans laquelle chacun condamne l’autre, j’avais envie de vous offrir une petite séquence “vieille pub“, avec le biscuit Bamboula par la célèbre biscuiterie St Michel.

bamboula

Cette marque, dont le biscuit est aujourd’hui commercialisé sous le nom de “Sablé de Retz au chocolat”, a été créée en 1987, et a donc disparu au début des années 90, à cause du sens évidemment péjoratif du mot “Bamboula”.

La pub ici, enjoy !

Mais au fait, Bamboula, c’est quoi?

Et bien, à l’origine, ce serait le nom d’un tambour et d’une danse (d’après Wiki les enfants, je suis pas un spécialiste moi !)

Pour le biscuit, il faut savoir que St Michel avait fait les choses en grand avant de se faire dégommer par SOS racisme : les biscuits Bamboula avaient pour mascotte un petit garçon noir, qui vivait à Bambouland (aujourd’hui devenue une marque d’import et de transformation de bambous), et qu’ils avaient même droits à leurs goodies !

Porte-clés, BD, et même un 45 tours en 87, Bamboula était un personnage à part entière, avec tout un univers créé par le marketing…

Bamboula-Et-Compagnie-La-Chanson-De-Bamboula-Generique-T-V-45-Tours- biscuits bamboula bd st michel annees 80

porte-clé-bamboula

Pour info, pour faire ce design, St Michel avait lancé un concours, et c’est l’illustrateur Mallock qui a gagné, et est donc à l’origine du petit garçon africain.

Et dans le genre gâteaux racistes, souvenons-nous tout de même du négro (pain d’épices au chocolat), des têtes de nègres, de Banania (Y’a bon !), et de tout ce que j’oublie (Pépito?)…

banania-00-1920 Schokoküsse tetes-de-negres

 

Bref, je vous vois venir avec vos gros sabots : “mais en fait, Bamboula, c’était pas raciste, et négro, c’est à cause du chocolat, pis c’est toujours un mot qui, dans d’autres langues, veut tout simplement dire ‘noir’, et Pépito, c’est un nom, finalement, et…”

Oui oui, mais nous sommes au XXIe siècle, et nous allons bientôt devoir renommer nos quenelles, alors…

Il faut aussi comprendre que l’anti-racisme institutionnel a besoin du racisme pour exister… donc, ben il est bien obligé de faire quelques coups marketing, des coups de comm !

Donc, il faut s’y plier, ou être taxé de raciste…

Mais n’est-ce pas un peu facile de s’arrêter là ?

Certes, l’anti-racisme institutionnel créé souvent du racisme là où il y en a pas, mais sérieusement, Bamboula ? Négro ?
Ce serait pas non plus des termes utilisés pour infantiliser, humilier, discriminer les noirs ?

Il y a bien un moment où notre racisme (quasi-institutionnel lui aussi) va devoir être assumé !

La simplicité avec laquelle on a utilisé ces termes racistes est bien symptomatique d’un monde dans lequel on a vécu trop longtemps, et hélas, dont certains sont nostalgiques…

@ bientôt mes amis !

Vous aimerez aussi :

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *